Inde – Prévenir le suicide des agriculteurs tout en protégeant les rivières

Introduction

Les rivières sont naturellement créées pour drainer les eaux provenant des montagnes, les eaux souterraines stockées dans les aquifères (strates souterraines suffisamment poreuses pour stocker / retenir l’eau de telle sorte qu’elle se comprime avec une grande pression manifestée à travers les puits artisiens), les pluies, la fonte des neiges, etc. et Continuez également à ajouter de plus en plus d’eaux générées par les diverses activités publiques qui gâchent / polluent la qualité de l’eau du fleuve.

En Inde, la plupart des rivières portent le nom de dieux religieux, ce qui leur permet de gagner le respect et le désir de maintenir leur pureté / sainteté à un niveau suffisant pour une consommation directe pour éteindre la poussée de l’eau qui est essentiellement nécessaire pour soutenir nos vies en Inde. de nombreuses façons. En tant que rituel / rite religieux, les hindous indiens exécutent un «aachman» (inhalation directe des eaux de certaines rivières d’importance religieuse comme la Gangaa pour assurer le salut) qui exige sans aucun doute que la qualité de l’eau de la rivière soit aussi élevée que nécessaire à des fins de consommation.

Mais, malgré cela, par ignorance / cupidité, nous exploitions de plus en plus nos rivières pour nos commodités culturellement dépendantes (comme l’élimination de tous nos déchets, eaux usées, matières indésirables, même cadavres, ordures, etc. dans les rivières) et des activités comme agricoles, industrielles, domestiques, récréatives, pèlerinages (notamment comme le «kumbh» le long de la Gangaa, etc.) générant de nombreux matériaux indésirables, produits chimiques, toxiques, etc. sans même penser à protéger la qualité et l’esthétique de cette eau, le necteur qui donne la vie. C’était comme nous couper les pieds. La plupart des rivières sont ainsi devenues tellement polluées qu’elles ne sont plus assez adaptées à la plupart de nos utilisations bénéfiques comme la consommation, l’agriculture, l’industrie, la baignade, les loisirs, etc.

La manifestation de nos progrès / développement est directement proportionnelle à la qualité des rivières et au niveau de leur exploitabilité. Par conséquent, il faut beaucoup de temps non seulement pour assurer un nettoyage infaillible des rivières, mais aussi pour maintenir sa qualité malgré des activités de plus en plus humaines de natures diverses.

La rivière Hindon, à côté de la State Highway 82, au nord-ouest de la ville de Baparasi. Des ordures ménagères en plastique sont visibles sur les berges. Une mousse grise peut être observée à la fin de l’eau. les problèmes chimiques sont là en raison de la présence d’une papeterie polluante située en amont. Du fait du système hydrologique fluvial, ces deux types de pollution, bactérienne et chimique, atteindront la rivière Yamuna à Noïda (zone industrielle de New Delhi) puis dans le célèbre fleuve Ganga à Paryagraj (Allahabad). Photo: BdF, 30 septembre 2018.
La rivière Hindon. Photo: BdF, 30 septembre 2018.
La rivière Hindon. Photo: BdF, 30 septembre 2018.
La rivière Hindon. Un morceau de polystyrène de la taille de 10 dm³. Photo: BdF, 30 septembre 2018.

Un contrôle de qualité à toute épreuve

Cela ne peut être garanti que si même une goutte d’eaux usées n’est pas autorisée à pénétrer dans une rivière. Par conséquent, dans toutes les villes / centres urbains, une barrière doit être créée entre le fleuve et la population en construisant une structure en forme de barrage ou un mur de soutènement entre le fleuve et la ville sur un ou les deux côtés de la rivière en fonction de la développement de la ville. En dehors de cela, un canal couvert (ou un énorme égout) doit être aménagé entre la barrière déclarée et la ville pour recevoir toutes les eaux usées générées par les diverses activités de la ville pour ne s’écouler que vers la rivière. Cette construction se poursuit jusqu’à 2 ou 3 km en aval de la ville où sont construites des installations de traitement des eaux usées. Ces installations de traitement peuvent être nulles, primaires ou secondaires, voire même tertiaires, selon les fonds abordables par la société / administration de la ville. Les effluents et boues riches en nutriments traités (ou non) peuvent être pompés et vendus aux exploitations agricoles pour irriguer leurs champs et préparer (avec ou sans excréments collectés dans les zones sans égouts) du fumier organique naturel pour l’agriculture biologique, l’engouement actuel. Cela couvrira en partie les coûts de traitement des effluents.

L’effluent résiduel ne peut être évacué dans la rivière que pour être auto-purifié au moment où la rivière atteint la ville suivante en aval. La rivière Gangaa, par exemple, s’auto-purifie à un rythme de 15 à 25 fois par rapport aux autres rivières, selon les publications mondiales de l’auteur.

Le barrage / structure de soutènement peut être développé en un bel endroit de pique-nique avec des balançoires, des pelouses de jeu, des fleurs, des arbres artistiques, des parapluies, des marches pour se baigner dans la rivière, des rituels religieux, etc.

Les ingénieurs à la retraite et les travailleurs des partis politiques ainsi que les riches organisations religieuses peuvent facilement faire don de leurs services / argent pour de telles causes en Inde ou ailleurs. L’achèvement du projet peut être effectué en des temps très courts en engageant une main-d’œuvre plus importante.

La stratégie présentée garantirait facilement le contrôle permanent de la pollution de la rivière, l’élimination sûre et économique / gratuite des eaux usées de la ville, la préservation sans pollution des eaux souterraines, la prévention de l’eutrophisation des lacs, en plus d’assurer un approvisionnement régulier (même en période de sécheresse) en irrigation riche en nutriments. des eaux dans les champs des agriculteurs pour éviter leurs suicides (en Inde ou ailleurs) et en prime, un bel espace de pique-nique au bord de la rivière pour les citadins et les enfants.

Prof.Er.Dr. Devendra Swaroop Bhargava est retraité de l’Université Roorkee (maintenant IIT), également à l’IIT Kanpur, AIT Bangkok, NIT à Allahabad, Kurukshetra, CPCB NewDelhi, BITS Pilani, MBM Engg Col Jodhpur, conseiller du gouvernement ArdhKumbh Haridwar; auteur de plus de 500 articles de recherche et récipiendaire de 32 prix universitaires.

Photo de couverture (30 septembre 2018): la rivière Hindon, à côté de la State Highway 82, dans l’État d’Uttar Pradesh. Des ordures ménagères en plastique sont visibles sur les berges. En plus du danger bactériologique ajouté par les vaches, les problèmes chimiques sont là en raison de la présence d’une papeterie polluante située en amont. En raison du système hydrologique fluvial, ces deux types de pollution atteindront la rivière Yamuna à Noïda (zone industrielle de New Delhi) puis dans le célèbre fleuve Ganga à Paryagraj (Allahabad). Photo et commentaire: B. de Foucauld.

Traduction et mise en page : BdF.

Une réflexion sur “Inde – Prévenir le suicide des agriculteurs tout en protégeant les rivières

  • 11 mars 2021 à 10 h 29 min
    Permalien

    Merci, Bertrand de Foucauld, pour cette collaboration avec le Professeur D.S. Bhargava sur un problème qui ne concerne pas que « les autres ».

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *