Les deux faces de Verbier (Suisse)

Lors de mon arrivée, en voiture, au Châble (850 m d’altitude), le village d’accès à la station (située à 1500 m), les premières choses que je vois sont de nombreuses voitures garées d’une façon un peu sauvage avec un message clair : cher automobiliste, gare-toi  dès que tu peux avant de te retrouver de l’autre côté de la vallée! Peine perdue, aucune place disponible, à moins d’accrocher son véhicule à un piton d’escalade. Donc, par la force des choses, je continue mon trajet et une fois le village dépassé, je me demande avec anxiété si je ne vais pas être obligé de continuer jusqu’au barrage de Mauvoisin, au bout de la vallée, avant de pouvoir faire demi-tour. Deux ou trois kilomètres plus loin, soulagement : un énorme panneau, devant le bâtiment du télésiège du Châbles, indique qu’il y a des parkings et que nous pouvons nous garer. Mais pourquoi, la station n’a-t-elle pas mis un panneau en amont afin d’inciter les conducteurs à stationner un peu plus loin, en toute tranquillité?

Une fois sur place, les services de location de matériel de ski sont efficaces mais le temps d’attente pour acheter un forfait, en ce lundi 30 décembre 2019, met à l’épreuve la patience du client. Bref, une heure et demi plus tard, me voici sur le Mont-Gelé où le soleil et la neige m’offre un joli ballet de lumières : beauté et bonheur.

Dans la télécabine qui monte du Châble à Verbier. Comme je suis arrivé en milieu de journée, le temps d’attente a été acceptable. Les paysages du Valais, quant à eux, m’invitent déjà au rêve. Photo : BdF, le 30 décembre 2019.
Paysage de haute montagne à Verbier. On distingue, au milieu et en bas de la photo, un télésiège géré par la société de remontées mécaniques Téléverbier, dont l’actionnariat est privé à 75%. Photo : BdF, le 30 décembre 2019.

Après une journée au paradis, commence le retour. Tout d’abord, un passage dans un endroit que j’appelle « la glacière », en fond de vallée, avec un ensoleillement, au moment du solstice d’hiver, de quatre heures maximum par jour. Quelque soit le côté que vous choisissez, comptez trente minutes de file d’attente, à moins que vous optiez pour le « restaurant » d’altitude : mais là, à la fois votre porte-monnaie (français) et votre palais vont souffrir. Comptez vingt-cinq francs suisses (24 euros) pour un hamburger/frites, les deux bien gras, et une barre chocolatée. Une fois bien alourdi, si vous espérez que la file d’attente a diminué, vous en serez, une fois de plus, pour vos frais. Frais, c’est bien le mot qui convient car , vers 15h00, ce n’est pas la queue qui a diminué mais bien la température! Côté positif : vous commencez immédiatement à brûler des calories pour compenser toutes les graisses et sucres que vous venez d’absorber.

« La Glacière », probablement en bas des télésièges du Lac des Vaux 1 et 2, à un endroit où la vallée est très escarpée, laissant peu de place, et de temps, à un ensoleillement direct. Résultat : une longue file d’attente où l’air froid vient se concentrer, du fait de sa densité.
Le soleil couchant irise les crêtes de la station. Photo : BdF, le 30 décembre 2019.

Une fois que vous avez contemplé, une dernière fois, le paysage valaisan depuis Attelas ou la Chaux, il faut quitter l’Eden, d’autant plus que Messire Soleil commence à tirer sa révérence. J’entame donc la descente vers la plaine, pour ne pas dire vers « l’enfer »! Si les télécabines de Médran assurent assez correctement le transport jusqu’à Verbier, celle qui descend au Châble oblige à un véritable parcours du combattant! D’abord, il faut prendre un ascenseur et donc prendre une file d’attente, ensuite accepter d’être compressé comme il est interdit de le faire pour des animaux d’élevage, ensuite participer à une véritable mêlée de rugby pour atteindre, après une demi-heure de compression, une cabine du Châble.

Enfin, une fois arrivé en bas, de nuit, vous vous apercevrez que vos repères pris de jour ont légèrement été modifiés une fois la nuit tombée, et vous ne retrouvez plus votre voiture. Mais, au moins, la prochaine fois, s’il y en a une, vous vous souviendrez de la demi-heure que vous aurez consacrée à retrouver votre voiture et vous penserez à bien noter où se situe votre chère automobile. Sauf, bien sûr, si vous montez à la station avec votre véhicule. Dans ce cas, vous ne serez pas compressé mais cette option, en dehors du problème des bouchons, ne participera guère à limiter la pollution et les émissions de CO2 dans la vallée.

L’explication de ce tohu-bohu, en dehors du fait de la période de vacances scolaires, réside probablement dans le fait que les remontées mécaniques de Verbier appartiennent à une société majoritairement privée, Téléverbier, pourtant la plus importante société de remontées mécaniques de Suisse romande d’après le président de son Conseil d’Administration, Jean-Albert Ferrez[1]Téléverbier, Société leader du domaines des 4 Vallées, 2020, [vu le 19 février 2020]. Disponible sur : http://www.televerbier.ch/fr/televerbier/entreprise.htm. Avec un objectif de rentabilité financière du fait de son actionnariat, Téléverbier semble exploiter au maximum son matériel qui devient dès lors trop limité pour absorber des pics de fréquentation sans créer de longues files d’attente. Pourtant, ces équipements, et les personnels qui les entretiennent, ne jouent pas uniquement un rôle ludique mais participent à la dynamisation de toute une vallée, en partenariat avec les autres stations des Quatre-Vallées[2]Téléverbier gère les remontées mécaniques de La Tzoumaz, de Bruson et du Mont-Fort. Ainsi, un partenariat avec le canton du Valais, et pas uniquement la ville de Bagnes[3]Aujourd’hui, le seul actionnaire public est la ville de Bagnes qui, avec un quart des actions, est le second actionnaire de la société de remontées mécaniques Téléverbier. Sources : Téléverbier (TVRB), le 19 février 2020. Disponible sur : https://www.zonebourse.com/TELEVERBIER-5405/societe/, permettrait au village non seulement de lisser les sommets d’exploitations grâce à des remontées qui deviendraient certes sur-dimensionnées pendant les périodes creuses, mais également de contribuer à un environnement montagnard plus propre et moins émetteur de gaz à effet de serre peu propices à l’enneigement. A ce propos, à l’heure où l’on parle d’une façon omniprésente du réchauffement climatique, il demeure étrange que Verbier soit encore sponsorisée par un constructeur automobile allemand connu pour ses grosses cylindrées et ses quatre-roues motrices citadines[4]même si le nombre de véhicules électriques neufs a fortement augmenté en nombres relatifs (entre 2018 et 2019 : +50% en France et + 150% en Suisse), il reste que ce marché ne représentait que 2% des ventes françaises et 5% des ventes helvétiques. Sources :  AUTOMOBILES PROPRES, Ventes de voitures électriques en France en 2019, le 16 janvier 2020, [Vu le 19 février 2020]. Disponible sur : https://www.automobile-propre.com/dossiers/chiffres-vente-immatriculations-france/#Ventes_de_voitures_electriques_en_France_en_2019 . Voir aussi : RTS, En Suisse, les voitures électriques connaissent une forte croissance, 31 janvier 2020, [Vu le 19 février 2020]. Disponible sur : https://www.rts.ch/info/suisse/11057913-en-suisse-les-voitures-electriques-connaissent-une-forte-croissance.html.

En facilitant l’accès à la station via des télécabines capables d’absorber les arrivées massives de clients, Verbier encouragerait les skieurs à utiliser les transports en commun. Mais comme une chaîne n’est forte que par son maillon le plus faible, le point névralgique du Châble peut décourager les touristes à venir en train, surtout s’ils ont des bagages et s’ils savent qu’ils vont être ensuite prisonniers d’interminables files d’attente, en début ou en fin de journée, dans le fond du Val de Bagnes.

Bibliographie supplémentaire : [5]4 Vallées Mont-Fort 3330, [vu le 19 février 2020]. Disponible sur : https://infosnow.ch/~apgmontagne/?id=45&lang=fr&tab=map-wi&sat=&tv= [6]4 Vallées Mont-Fort 3330 Verbier, [vu le 19 février 2020]. Disponible sur : http://www.verbier.ch/fr/carte-station.htm [7]Mont-Blanc Natural Resort, [vu le 19 février 2020]. Disponible sur : https://www.skiinfo.fr/valais/verbier/station-de-ski.html [8]Verbier 4 Vallées, [vu le 19 février 2020]. Disponible sur : https://www.remontees-mecaniques.net/bdd/station-verbier-34.html [9]Nendaz Veysonaz remontées mécaniques, [vu le 19 février 2020]. Disponible sur : https://www.nvrm.ch/fr/actionnaires/informations/informations-actionnaires.htm [10]Val de Bagnes, [vu le 19 février 2020]. Disponible sur : http://www.valdebagnes.ch/

[mapsmarker marker= »17″]

 

 

 

 

 

Références   [ + ]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *