Le Président, le Maire et le carnaval

Après un ultime changement de manœuvre, à la fin d’une impressionnante série de virements et re-virements, le Président de la République a finalement opté, en fin de semaine dernière, pour un report du second tour des élections municipales. Aujourd’hui, la France se retrouve dans un imbroglio juridique et politique, conséquence de la contradiction initiale[1]cf : BdF, France : navigation à vue par brouillard épais, le 17 mars 2020. [Consulté le 23/03/2020]. Disponible sur : https://contrib.city/index.php/2020/03/17/france-navigation-a-vue-par-brouillard-epais/. Les avis rendus par le Conseil d’Etat vis-à-vis d’un projet de loi du gouvernement[2]LANDOT & ASSOCIES, Dépôt des listes pour le second tour des municipales : coup de théâtre à l’Assemblée, le 20/03/2020, [Consulté le 23/03/2020]. Disponible sur :  https://blog.landot-avocats.net/2020/03/20/depot-des-listes-pour-le-second-tour-des-municipales-coup-de-theatre-a-lassemblee/ ; lire aussi : CONSEIL d’ETAT, Avis sur un projet de loi et un projet de loi organique d’urgence pour faire face à l’épidémie de CODIV-19, le 18 mars 2020. [Consulté le 23/03/2020]. Disponible sur : https://www.conseil-etat.fr/ressources/avis-aux-pouvoirs-publics/derniers-avis-publies/avis-sur-deux-projets-de-loi-d-urgence-pour-faire-face-a-l-epidemie-de-covid-19 montre clairement que l’organisation de ce second tour se révèle être un véritable casse-tête pour les professionnels du droit et davantage encore pour ceux de la Politique.

Ce que le Conseil d’Etat passe un peu sous silence, c’est le fait que les élections du premier tour se sont déroulées dans un contexte non sincère, le gouvernement ayant préalablement encouragé les Français à rester chez eux. Cette recommandation gouvernementale, ajoutée à la crainte – justifiée par les faits – du virus Corona, a poussé plus de la moitié des électeurs français inscrits à ne pas aller voter.[3]PUBLIC SENAT, Municipales 2020 : 54,5% d’abstention estimée au premier tour, des taux massifs dans les grandes villes françaises, le 15/03/2020. [Consulté le 23/03/2020]. Disponible sur : https://www.publicsenat.fr/article/politique/municipales-2020-545-d-abstention-estimee-au-premier-tour-des-taux-massifs-dans Dans ces conditions, comment peut-on affirmer que ce scrutin s’est passé dans un cadre véritablement démocratique? A moins que l’important ne soit pas vraiment le pouvoir du peuple, mais bien plutôt de faire « comme si ».

Après tout, pourquoi pas? Pour quelle raison Venise, Rio de Janeiro ou même Dunkerque[4]Ce défilé remonte au XVIIe siècle. Il était organisé par les pêcheurs et armateurs. Sources : LILLE eVOUS, Carnaval de Dunkerque 2020 – programme des bandes et des bals, le 11 mars 2020, [Consulté le 24/03/2020]. Disponible sur : https://www.evous.fr/Carnaval-de-Dunkerque-2020-parcours-et-programme,1189997.html; lire aussi : CITIZENKID, Carnavals dans le Nord 2020, [Consulté le 24/03/2020]. Disponible sur : https://www.citizenkid.com/festival/le-carnaval-dans-le-nord-une-sortie-a-faire-en-famille-a1038372 auraient l’exclusivité des mascarades? Les autres villes françaises pourraient également avoir la leur. Même lors des élections? En tout cas, espérons que la pénurie de masques (mais médicaux cette fois-ci) s’estompe rapidement afin que les personnels soignants puissent faire leur travail dans des conditions les moins mauvaises possible.

Le tout est de ne pas être dupe et d’essayer de comprendre les rouages de notre monde, même si ces derniers sont fortement…grippés! Et justement, un des engrenages qui s’est pratiquement arrêté est de celui de la production industrielle[5]Airbus, en un mois, a vu 55% de sa capitalisation s’évaporer, le producteur de métaux Arcelor-Mittal a perdu 48% de sa valeur depuis la fin février et l’action Renault a baissé de presque deux tiers depuis le début de l’année et tertiaire[6]c’est-à-dire la production de services, mis à part quelques segments, comme les secteurs des télécommunications et des visioconférences. Chaque jour qui passe coûte son lot tant humain (avec des perspectives inquiétante de licenciements), fiscal (l’ensemble des Etats de la Planète sont en train de s’endetter encore plus lourdement) et enfin financier (le CAC 40 a perdu un tiers de sa valeur depuis le 24 février).  L’Etat français, qui devait déjà faire face à une dette en constante hausse et officiellement égale au PIB français[7]Si l’on compte les engagements de l’Etat, cette dette peut être multipliée par trois ou quatre alors qu’il sortait d’une croissance presque continue de plusieurs années, doit coûte que coûte aider le pays à basculer le plus vite possible de l’autre côté de la courbe d’expansion de l’épidémie du Corona afin que les ménages puissent reprendre leurs activités et relancer la machine le plus fortement possible.

CC entend dire, deçà, delà, pareille à la feuille morte[8]VERLAINE Paul, « Chanson d’automne », in Fêtes galantes, Romances sans paroles, précédé de Poèmes saturniens, Paris, Gallimard, 1973, p 58. Voir aussi le site de la Bibliothèque Nationale de France. « Chanson d’automne », [Consulté le 24/03/2020]. Disponible sur : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k71276f/f66.image que cette crise remet en cause tout un système de production et de sur-consommation. Pourquoi pas… Peut-être, effectivement, pourrions-nous davantage cibler notre appareil productif vers un plus qualitatif que quantitatif : produire moins mais mieux. Cela équivaudrait à créer des produits (biens physiques et services) moins nombreux mais à plus haute valeur ajoutée, notamment en termes sociaux et environnementaux, et donc plus chers. Une fois encore, pourquoi pas… Mais Contrib’City se porte en faux vis-à-vis de ceux qui penseraient que cette crise sanitaire, qui pour l’instant a fait beaucoup  moins de victimes que le H1N1 en 2014[9]plus de 18.000 décès en France en 2014, encourageraient à moins consommer et donc à moins produire, dans la mouvance de l’écologie profonde. Car, dans ces conditions, l’on se retrouverait soit avec des leaders certes charismatiques mais pratiquant peu eux-mêmes leurs propres discours à l’image de Nicolas Hulot, Ministre de l’Environnement mais possédant neuf véhicules à moteur thermique,[10]cf : CHALLENGES, Nicolas Hulot s’explique sur ses 9 véhicules à moteur, le 17/12/2017, [Consulté le 23/03/2020]. Disponible sur : https://www.challenges.fr/politique/nicolas-hulot-s-explique-sur-ses-9-vehicules-a-moteur_520716 . CC tient à préciser que la production d’un véhicule à moteur thermique, même si peu utilisé par la suite, participe à émettre force gaz à effet de serre et consomme de grandes quantités d’eau. soit avec des chefs peu au courant des logiques économiques et entraînant la grande majorité de la population vers une période de récession.

A choisir entre une politique de relance (par l’offre ou la demande, peu importe du moment qu’elle fonctionne) ou bien celle d’un changement de paradigme philosophique (ne cherchons pas le bonheur uniquement dans la croissance économique), Contrib’City ne prend pas position, fidèle à son esprit de liberté. Mais, pour reprendre une expression de l’urbaniste et historien Michel Carmona qui participait, voici plusieurs années, à ce type de débat en Sorbonne, CC pose cette question : Qui paye?

Références   [ + ]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *