De hautes autorités françaises aiment peu la Haute Autorité (HATVP)

Dans la mouvance de l’article du 25 février dernier, publié sur contrib.city, il apparaît que, non seulement à l’échelle des Yvelines, la Haute autorité pour la transparence de la vie publique n’est pas bien considérée par de nombreux (vice-)présidents, mais le problème semble également se produire à l’échelle nationale.

 

François Bayrou : manque de Pot!

Inquiet des finances publiques, avec une dette officielle qui s’affole littéralement, mon attention s’est reportée vers le haut-commissaire au Plan[1]fonction bénévole, par ailleurs président du MODEM, Maire de Pau (76.000 habitants), et enfin, président de la communauté d’agglomération Pau-Béarn-Pyrénées : François Bayrou. Son compte de la HATVP affiche : Déclaration déposée – publication à venir. Cela signifie qu’il n’avait jamais déclaré auparavant sa flamme ou ses revenus à l’institution.

Or, tout élu concerné par la HATVP a deux mois pour signaler tout changement de situation. Bayrou, ancien ministre de l’Education Nationale mais aussi de la Justice, est l’édile de Pau depuis 2014 et le responsable de l’agglomération béarnaise. Hélas, manque de chance, il semble n’avoir fait connaissance que très récemment avec la dame dédiée à la transparence de la vie publique. Encore une pure coïncidence avec les récentes publications de Contrib’City!

 

Richard Ferrand : la HATVP aura probablement fini de se taire!

Cet ancien député du Finistère, actuellement conseiller régional de la belle Bretagne, ne parle plus, hélas, à l’institution de la transparence publique depuis le 31 juillet 2019. Encore un grand timide qui avait peur de rougir devant la dame : troublé, le troisième personnage de l’Etat français en oublie de mentionner son élection à la présidence de l’Assemblée Nationale, le 12 septembre 2018, avec des revenus passant de 7239 € à 14.536 € bruts par mois.

 

Gérard Larcher : gare à l’archer contrib.city!

Ce respectable homme d’Etat français, président du Sénat depuis 2014, touche une indemnité de 14.435 € bruts par mois. Brillant vétérinaire et cavalier, le deuxième personnage de l’Etat français ne peut, malheureusement, s’empêcher de trébucher devant la majesté de la HATVP et de faire tomber – badaboum! – les barres de l’obstacle de la Transparence. En effet, Larcher, au chapitre des fonctions et mandats électifs exercés à la date de l’élection ou de la nomination (déclaration publiée en 2017) indique tout simplement Néant. En effet, pourquoi se compliquer la vie?

Mais, à sa décharge, en 2008, le président des sénateurs avait baissé les dépenses de son cabinet de 44%. Le site de la HATVP informe quand même que le 4 janvier dernier, notre excellent cavalier de la politique française s’est brutalement souvenu de la Haute Autorité et s’est décidé à refaire un parcours : espérons qu’il pourra sauter l’obstacle sans fautes, cette fois-ci, malgré un retard de plusieurs années.  

 

La HATVP : casse-tête ou transparence?

Ainsi, que ce soit à l’échelle départementale[2]Rappel : article du 25 février 2021 ou nationale, de nombreux élus boudent la Haute autorité pour la transparence de la vie publique. Est-ce une réticence de la part de ces derniers? Sont-ce des oublis? Est-ce une phobie administrative?  En tout cas, quelque soit la raison, la loi du 11 octobre 2013 indique clairement quels sont les élus concernés et quelles sont leurs obligations pénales vis-à-vis du peuple français. Peut-être que le Premier Ministre, Jean Castex, responsable de la HATVP, devrait veiller à ce que cette belle institution soit moins délaissée par certains politiciens?

Dans une période où le gouvernement précédent et actuel a montré, depuis le départ, beaucoup de confusion dans la gestion de l’épidémie du Covid, où la dette publique explose, où l’exécutif menace d’un probable confinement, plus que jamais nos politiques doivent prouver qu’on peut (à nouveau?) leur faire confiance, une fois les élections – et leurs cohortes de promesses électorales – passées. Sinon le divorce entre Etat et gouvernés, pour reprendre l’expression du sociologue Ali Aït Abdelmalek, pourrait être consommé et mener à une situation de chaos profond.

Déclaration de François Bayrou, maire de Pau depuis 2014, Président de la communauté de l’agglomération béarnaise, Haut-Commissaire au Plan (pour le gouvernement de Jean Castex) et enfin Président du MODEM. Cet élu ne semble connaître la HATVP que depuis peu. Le dépôt de sa déclaration et les récents articles de Contrib’City au sujet de la transparence de la vie publique ne sont bien sûr que pure coïncidence. A titre de rappel, les élus concernés par la HATVP ont deux mois pour signaler tout changement dans leurs fonctions. Copie d’écran datée du 16 mars 2021.

Richard Ferrant, président de l’Assemblée Nationale depuis le 12 septembre 2018, et troisième personnage de l’Etat français, a oublié d’informer les Français que ses revenus, après cette brillante promotion, étaient passés de 7239 € à 14.536 € bruts par mois. Copies d’écran datées du 16 mars 2021.

Déclaration du Président du Sénat (copies d’écran datées des 16 et 19 mars 2021). Gérard Larcher, deuxième personnage de l’Etat français depuis 2014, indique au chapitre des fonctions et mandats électifs exercés à la date de l’élection ou de la nomination (déclaration publiée en 2017) : Néant. Attendons de voir la prochaine déclaration.

 

 

 

 

 

 

Références[+]

4 réflexions sur “De hautes autorités françaises aiment peu la Haute Autorité (HATVP)

  • 17 mars 2021 à 20 h 31 min
    Permalien

    Je suis fier de payer des impôts car tous ces gens réfléchissent et imaginent l avenir et l on voit ou cela nous mène

    Répondre
    • 18 mars 2021 à 10 h 34 min
      Permalien

      Bonjour Dominique Veau. Je vois que vous maniez avec aisance les subtilités ironiques de notre belle langue française! Merci pour votre commentaire qui dit beaucoup avec peu.

      Répondre
    • 18 mars 2021 à 10 h 35 min
      Permalien

      Excellente remarque!

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.