La Cour d’Appel de Versailles renvoie dos-à-dos CC et Marie-Hélène Aubert (suite & fin) – Les faits sont têtus!

La Justice n’ayant rien trouvé à redire sur les articles de CC, comme indiqué lors de la dernière publication, le site d’informations rappelle les différents points qui avaient suscité l’attention de ses lecteurs.

En 2020, Contrib’City avait dénoncé les fausses déclarations de Marie-Hélène Aubert à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique. La mairie, via son conseil municipal du 12 octobre 2020 et sa synthèse signée par son édile, avait publiquement accusé le site de publier des informations à caractère diffamatoire, calomnieux et outrageant.

Le 17 décembre 2020, le site s’était également étonné de la valorisation à 120.000 €, par l’élue, de l’un de ses biens immobiliers, sur le site de la HATVP. Contrib’City, en se basant sur le Cadastre et le marché, estimait, d’une façon prudente, ce chiffre à 450.000 €. Il avait publié le résultat de son enquête : Le maire, le moulin et le million.

Le 20 janvier 2021, Marie-Hélène Aubert, pour être complètement transparente[1]selon ses propres mots, lors de son intervention sur un Facebook Live., reconnaissait publiquement qu’elle gagnait 6300/6400 € par mois. On était loin des 484€ mensuels publiés sur le site de la HATVP.

Le 22 avril 2021, CC s’étonnait des liens immobiliers entre la vice-présidente des Yvelines et le premier adjoint de la ville de Jouy-en-Josas, et publiait un article intitulé : Le Mystère Aubert : l’élue bénéficiait de largesses de la part du premier-adjoint de Jouy-en-Josas.

Le 2 septembre 2021, le site avait demandé à Marie-Hélène Aubert les justificatifs du domicile déclaré dans le dossier de candidature aux élections départementales de 2021. Comme lors de la même demande pour le dossier de candidature aux municipales de 2020, Marie-Hélène Aubert n’avait jamais répondu à Contrib.City, malgré la Charte de Munich. Dès lors, CC s’était demandé si le bail entre les deux élus jovaciens, à des tarifs défiant toute concurrence, avait bien été déclaré aux autorités fiscales. Cf : Le mystère Aubert – L’énigme du “Clos Fleuri”. Le site attend toujours une réponse.

Le 14 octobre 2021, Contrib’City avait interrogé l’élue sur les conditions de goudronnage d’une parcelle privée située devant le portail de la propriété du premier-adjoint, propriété louée par Mme le Maire elle-même. Cf : Le mystère Aubert – L’énigme de la demi-lune.

Le 26 novembre 2021, Le CC analysait la pertinence d’un projet de Ferme urbaine dont le prix au m² était évalué à 520€, alors que le prix du mètre carré agricole, dans les Yvelines, se situe entre 1 et 2 €. Coût total, pour le contribuable, de cette ferme située juste à côté de la propriété Curti : 2,5 millions d’euros. Cf : Jouy-en-Josas – L’affaire des Serres. Petit détail : la taxe foncière de Jouy-en-Josas – mais cela n’a évidemment rien à voir – a augmenté de 30 % de 2021 à 2022.

Le 8 janvier 2022, CC évoquait une nouvelle déclaration de Mme Marie-Hélène Aubert à la HATVP : Déclarations de MH Aubert à la HATVP : encore une manœuvre frauduleuse!

Les faits sont têtus et restent. Contrib’City s’étonne de l’absence de réaction de la part des autorités locales ou nationales, face à de nombreuses déclarations mensongères de Marie-Hélène Aubert à la HATVP, c’est-à-dire aux électeurs des Yvelines. CC se pose également des questions sur les raisons pour lesquelles aucune institution publique ne s’est émue des largesses matérielles évoquées le 22 avril 2021.

Pourtant, l’ancien haut-commissaire aux retraites, Jean-Paul Delevoye, et l’ancien Ministre délégué aux PME, Alain Griset, avaient été condamnés pour avoir fait de fausses déclarations à la HATVP (M. Griset avait fait appel). Contrib’City était revenu sur ces condamnations : HATVP, Delevoye et Griset : une décision-pivot mais du travail reste à faire!

Est-ce que la HATVP ne travaille qu’à l’échelon national? Il reste que la loi sur la transparence de la vie publique concerne également les élus départementaux. De même pour les règles encadrant les conflits d’intérêts.

Pour qu’une démocratie et un Etat de droit puissent vivre, ils doivent pouvoir s’appliquer à l’échelle locale. Mais pour cela, tous les élus doivent montrer l’exemple.

(Photo de couverture : MH Aubert, Maire de Jouy-en-Josas, vice-présidente de la communauté d’agglomération de Versailles Grand-Parc et vice-présidente du Conseil départemental des Yvelines, lors d’une intervention publique en ligne, le 20 janvier 2021. Elle reconnaît, enfin, que l’ensemble de ses indemnités se monte à 6400 €, et non pas 484€ comme il était encore indiqué à cette époque sur le site de la HATVP, et comme l’avait pointé Contrib’City plusieurs mois auparavant.) 

 

 

 

 

Références[+]

2 réflexions sur “La Cour d’Appel de Versailles renvoie dos-à-dos CC et Marie-Hélène Aubert (suite & fin) – Les faits sont têtus!

  • 21 octobre 2022 à 9 h 52 min
    Permalien

    Vive la transparence !

    Répondre
    • 21 octobre 2022 à 10 h 45 min
      Permalien

      Hé oui, Prith! Vive la transparence, notamment vis-à-vis des électeurs à l’échelle locale. Malgré les menaces et les pressions, Contrib’City utilise la liberté d’expression, pilier fondamental de la démocratie. Mais du travail reste à faire. Nous y reviendrons.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.